Jours #16 et 17 : en Transylvanie, à Sibiu et à Brasov

La route de Deva à Sibiu

L’entrée en Roumanie était comme une première arrivée à destination, même s’il nous restait près de 1 000 km à parcourir. L’effet a dû être renforcé par la traversée du dernier pays, la Serbie, où en plus de la barrière de la langue on avait aussi la barrière de l’alphabet et du coup l’on ne comprenait vraiment rien ! Que du bonheur que de pouvoir lire correctement toutes les indications ou de pouvoir tenir une conversation qui ne se limite pas à 3 mots !
Le matin à Deva nous avons l’embarras du choix pour le parcours de la journée : soit on visite la citadelle de la ville perchée sur un petit cône volcanique, soit on fait un détour sur une route alpine qui monte à 2 000 m, soit on visite une autre très jolie ville sur la route vers Brasov, Sibiu. Au bout de 2 semaines de voyage, nous avons appris que l’on ne peut pas tout visiter et en plus faire de la route car la deuche ne se contente pas d’être un simple moyen de transport d’un point A à un point B, mais une manière de passer nos vacances. Nous passons donc une autre journée en sa compagnie en roulant vers Brasov (au centre de la Roumanie) et lui offrons quelques heures de pause pendant que nous visitons la jolie cité médiévale de Sibiu.
Jacques me confie les rênes de la deuche sur un morceau d’autoroute. Mais l’argent réglé hier pour la vignette n’aura pas suffi à finaliser la portion d’autoroute jusqu’à Sibiu et après une cinquantaine de kilomètres nous nous retrouvons redirigés sans un mot à dire sur la nationale. Nous retrouvons les camions, les ronds points et les chauffeurs de rallye. Jacques commence à transpirer et à regretter que la voiture ne soit pas dotée de commandes côté passager, comme pour les autos écoles. Pour l’épargner, je lui cède le volant et reprends mes missions de GPS que je maîtrise beaucoup mieux que lui. Chacun sa spécialité !

Visite de Sibiu

Sibiu est une charmante ville au cœur de la Transylvanie. Ancienne capitale européenne de la culture, elle accueille aujourd’hui dans ses ruelles et petites places de nombreux festivals et autres manifestations.
Nous n’avons droit qu’au spectacle de la rue au moment de notre visite, mais cela suffit : la ville est très animée, on est à midi en semaine mais on a l’impression que tout le monde est dehors, soit pour un café ou une bière en terrasse, soit en famille sur une des nombreuses places de la ville, soit tout simplement arpentant les ruelles du vieux centre une viennoiserie à la main. Ici toutes les vieilles maisons ont des yeux : les lucarnes des toits ont la forme d’amandes et lorsqu’on se balade dans le centre historique on a parfois l’impression que tous les yeux de la ville sont rivés sur nous. Nous arpentons à notre tour, une viennoiserie à la main, les vieilles ruelles pavées et colorées, admirons au passage de belles demeures restaurées ou encore en ruines et des bâtiments au style austro-hongrois (Sibiu était le siège des gouverneurs autrichiens pendant la domination des Habsbourg en Transylvanie). Nous montons dans une vieille tour de l’horloge pour avoir un panorama de la ville. Nous échappons de justesse aux averses et continuons la route vers Brasov.

Sibiu : vue sur la place centrale

Sibiu : vue sur la place centrale

La route vers Brasov et court séjour à Brasov

Pour rendre le trajet plus pittoresque, nous décidons de nous éloigner de la nationale et de prendre des petites routes de campagne. Nous n’avons pas tort, il n’y a pas de trafic et pour cause : ces routes sont pleines de trous. Heureusement le paysage est joli et nous pouvons bien en profiter à 15km/h. Décidemment, la vignette n’est pas assez chère pour financer tous les travaux. On traverse de tous petits villages et on s’arrête dans un café pour faire une pause. Nous sommes étonnés d’avoir une super connexion wifi dans ce coin perdu en pleine campagne roumaine.
Nous arrivons en début de soirée chez ma marraine à Brasov et le festin commence: deux entrées, un super plat et trois desserts, histoire d’avoir une bonne raison de reprendre la course à pied une fois de retour à Paris.
Nous passons le lendemain à Brasov. Il ne fait pas beau, mais nous nous abritons dans un des plus vieux cafés de la ville pour essayer de rattraper un peu le retard des carnets de voyage. Un petit tour rapide entre les gouttes de pluie dans la ville et puis nous finissons la journée à la campagne près de Brasov, autour d’un super barbecue avec mes cousins. Ils cherchent des idées de plantation pour leurs terres et on fait la promo des asperges. Il nous manquait quelques griffes dans la glacière car il y a un super potentiel en Roumanie. On n’en produit pas ici, ça deviendra sûrement à la mode en tant que légume fin et les seules bottes sur le marché viennent du Pérou.

Quelques photos :

Partagez cet article avec vos amisShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
4 commentaires
  1. j’avais hâte de lire la suite….et ai eu beaucoup de mal a trouver ce dernier article.sur le site….est ce parce que je ne passe pas par FACEBOOK ( que je déteste!!!, veille peau que je suis !!!) vous me donnez envie de voyager…et les photos de prés bien verts nous rafraichis…il fait déjà TRÈS CHAUD ici
    a bientôt
    Sylvie

    • Bonjour Sylvie,
      Les derniers articles remontent automatiquement sur la page d’accueil du blog.
      On va revoir l’organisation des pages pour permettre d’accéder plus facilement aux articles.
      J’espère que vous avez moins chaud à Marseille et à bientôt !

  2. Ce matin nous avons reçu avec joie votre carte poste envoiyée de Constanta. Merci pour votre souvenir! Un gros
    bisou. Anna et Pietro.

    • Bonjour Anna et Pietro,
      Merci pour votre message. Nous sommes rentrés à Paris il y a 3 semaines et les vacances paraissent déjà loin.
      Bon courage pour vos préparatifs du mariage.
      Jacques et Raluca

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *