Jour #13 : le Monténégro côté mer et montagne

La baie de Kotor bis et Budva

Le propriétaire serbe de la chambre nous invite sur sa terrasse pour un café. Il nous propose de goûter la Rakija locale. C’est une eau de vie à base de raisins à 50 degrés. De bon matin ça réveille ! Par contre j’ai un gros coup de barre dans l’après midi et j’aurai besoin d’autres cafés pour ne pas m’endormir au volant.
On a du mal à quitter Rose (on apprend qu’il faut prononcer [rossé]) et on serait bien resté quelques jours de plus pour flâner, se reposer, pêcher et goûter tous les plats locaux. Pour la première fois on rebrousse chemin et on refait le tour de la baie de Kotor. Aujourd’hui le temps est nettement plus ensoleillé et on a l’impression de redécouvrir les paysages. On fait un détour par la ville de Budva où on s’arrête quelques heures. Garés près du port, on longe la plage pour entrer dans la vieille ville. Ici la côte ressemble à Mamaia (le petit St Tropez de la Roumanie) avec un mélange de luxe (énormes Yachts, grosses voitures…) et de kitch (une réplique de la tour Eiffel, des manèges, de la barbe à papa…). Après avoir fait un rapide tour de la ville, on s’installe sur une terrasse pour prendre un café (sans Rakija), poster un carnet de voyage et recharger nos batteries.
On repart et on repasse tout près de la station service où on a campé 2 jours plus tôt. Je propose à Raluca de nous arrêter là pour la nuit, mais cela ne le tente pas trop.

Le parc du Durmitor

On grimpe pour entrer dans le parc du Durmitor. Cette réserve naturelle est un lieu de vacances des monténégrins avec de nombreux départs de randonnées, du rafting, du VTT et même des « safaris en 4×4 ». Plus on monte et plus il fait froid.

parc du Durmitor

Le parc du Durmitor

On se dit qu’il vaut mieux ne pas trop tarder pour trouver un coin pour camper. Quelques kilomètres avant la ville de Zabljack (prononcez Jabiak), en pleine campagne, on trouve un panneau « Camp & zimmer ». Un vieux monsieur hyperactif nous accueille (on vous laisse ses coordonnées en bas de l’article). Il ne pipe pas un mot d’anglais, gesticule beaucoup, fait de grands signes et nous propose une chambre. On lui fait comprendre qu’on a une tente et qu’on veut camper. Il me fait un signe du genre : avec ce froid, tu ne vas quand même pas faire dormir ta copine sous la tente. On lui mime que c’est ok pour nous, on va se couvrir et on n’a pas beaucoup d’argent. Il nous prend pour des fous et nous dit qu’on est les premiers à camper cette saison. Son terrain est grand, on a l’embarras du choix pour poser la tente et je pense qu’on sera bien en haut de son près. Raluca insiste pour nous installer près du feu (un espace est aménagé pour faire du feu avec un foyer et des bancs en pierre autour). Je n’aurais pas dû me laisser convaincre car le vent tourne et on est enfumés toute la soirée ! Un peu plus tôt, le vieux monsieur a exigé qu’on lui donne nos passeports. On n’était pas très chauds mais on n’a pas eu le choix. Dans la soirée, il part avec sa voiture et on se fait un film en se disant qu’il est allé revendre nos passeports à la mafia locale 😉 Il revient une heure plus tard et on l’invite à venir manger quelques cévapcics grillés. Le dîner avalé, on se couvre pour dormir, Raluca enfile 3 couches de vêtements et j’ai l’impression de dormir à côté d’une saucisse fumée…

Quelques photos :

Si jamais vous passez un jour dans le coin, une bonne adresse pour camper :

  • Apartmani Jakšić
    Pošćenski Kraj Žabljak
    Tél : 069 019 636 / 069 446 018
Partagez cet article avec vos amisShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *