Jour #3 : en Italie sur la route du Giro

Des supporters pour nous encourager !

Après un bon moka et de la Focaccia de Gênes, nous quittons Pietro et Anna. Nous allons voir la plage puis nous partons rapidement dans la direction de Parma. Nous nous engageons sur une belle route de moyenne montagne avec des pentes assez raides. La route est belle, les bas côtés sont fraîchement fauchés et on croise régulièrement des cantonniers qui balaient les gravillons dans les virages. On voit aussi des gens qui s’installent sur le bord de la route. Les tables de camping et les sièges pliants sont de sortie. Ils nous encouragent dans la montée. On ne s’attendait pas un tel accueil !!! Arrivés au col, on passe sous une banderole. Il y a beaucoup de monde, on enclenche notre klaxon (une sorte de Cucaracha à 4 tons, merci Thibaut pour ce klaxon).

SONY DSC

Le Giro passe dans quelques heures

Les supporters sont ravis et nous proposent de nous arrêter pour boire un coup avec eux. On n’a pas le temps de s’attarder car la route va être coupée pour le passage du Giro (Tour d’Italie à vélo) qui arrive en sens inverse. Dans la descente, nous encourageons avec notre klaxon les nombreux cyclistes amateurs qui montent en sens inverse. Dans la vallée, on est stoppés par les carabinieri. L’un d’eux nous explique qu’il avait un 2cv Dolly que c’était une super voiture (on n’en doute pas). Ils nous encouragent pour la suite du voyage. Nous sommes déviés sur une route secondaire, ce qui nous fait faire un joli détour. La route est raide et on enchaîne les virages dans la forêt. On s’arrête pour un café dans un petit village. Les murs du café sont couverts de photos improbables : des trophés des chasseurs du coin avec une vingtaine de sangliers (si si), un cèpe de 4,5 kg, des photos de fin de soirée avec des papys portant des perruques…

Arrivée compliquée à Padova

On prend une portion d’autoroute pour rattraper le retard car on a rendez-vous à 19h à Padova. On arrive dans la plaine couverte de blé et de maïs. Dans région de Legnago, on tombe sur une aspergeraie. On s’arrête mais la grille est fermée et il n’y a personne. La plantation est protégée par un haut grillage et des barbelés. On prend quelques photos à travers le grillage en se disant que les voisins vont nous prendre pour des espions.
On se perd complètement en entrant dans Padova. Et oui, on n’a pas pris de GPS. On navigue seulement avec une carte pas très détaillée, c’est tellement plus drôle. Raluca fait le copilote. Elle tellement douée pour m’indiquer les directions que je commence à l’appeler TOM TOM. Là par contre on est vraiment perdus. Du coup, mon ami Luca vient nous chercher pour nous conduire chez lui. J’étais en colocation à Londres avec Luca il y a 10 ans, puis on s’est un peu perdus de vue. Depuis il n’a pas chômé : il est marié et a 4 enfants (7 ans à 2 mois). Le dîner est animé avec les enfants qui sont en pleine forme. On passe un bon moment et on se régale avec les spécialités locales : crevettes, calamars et poissons frais pêchés près de Venise nous font oublier le déjeuner tristounet sur un parking avec le reste de la baguette de la veille.

 

Quelques photos :

Partagez cet article avec vos amisShare on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on Google+0Pin on Pinterest0Email this to someone
7 commentaires
  1. c’est un plaisir de participer à votre voyage c’est une super aventure avec
    de beau paysage. amusez vous bien

    sylvie

  2. un vrai plaisir de vous accompagner.on a l’impression de vous suivre .Bravo pour les commentaires et les photos,bonne route,vive la deuche!

    • Hello Bane,
      Thank you for your message!
      How did you find us?
      We will email you if we need something in Serbia.
      Cheers,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *